Qui veut la peau de Saša Janković ?

Serbie : le médiateur de la République dans le collimateur du gouvernement

| |

Ils ont décidé de l’abattre. Depuis le 18 avril, Saša Janković, le premier ombudsman du pays depuis 2007, est victime d’un lynchage médiatique quotidien de la part des médias à la botte du régime, le tabloïd Informer et TV Pink en tête. Son tort : défendre les citoyens contre l’élite politique. Mais si celle-ci finit par avoir sa peau, le pouvoir d’Aleksandar Vučić sera sans entraves et l’avenir démocratique de la Serbie en péril, car plus personne ne sera là pour faire contrepoids au gouvernement.

Par Miloš Vasić La Serbie fait face à une vague de censure sans précédant. À en croire les rapports officiels, les bastions de la « presse libre » — TV Pink, Studio B, Informer ou encore Kurir — sont les seuls espaces où les citoyens peuvent s’informer comme il se doit. « L’affaire Janković » autour du médiateur de la république Saša Janković illustre très bien les rapports de force en place. Le lynchage médiatique est si fort qu’on dirait que quelqu’un de haut placé à un jour prononcé « Dégagez-moi ce Saša Janković ! Détruisez-le par tous les moyens ! Le plus vite possible ! ». Tout a commencé quand, à la suite d’un incident en marge de la Gay Pride (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous