Exploratrices des Balkans (4/6) • Lady Montagu dans l’Empire ottoman, ou l’Orient idéal

| |

À l’été 1716, Lady Mary Wortley Montagu suit son époux à Constantinople. Elle veut entrer en contact avec les Ottomans, apprend le turc, fréquente hammams et harems. Et en tire au moins une conclusion : les femmes turques de son époque ont plus de libertés que les Anglaises. Mais si elle veut mentir « moins que les autres voyageurs », sa vision reste très sublimée.

Par Claire Corrion C’est en 1716 que Lady Mary Wortley Montagu quitte l’Angleterre pour suivre son mari nommé ambassadeur britannique dans l’Empire ottoman. Pendant les deux années qu’ils passent à Constantinople, elle va entretenir une intense correspondance, partiellement éditée dans le recueil Je ne mens pas autant que les autres voyageurs [1]. Sur place, la Lady de 27 ans veut entrer en contact avec les Ottomans et apprend le turc. Très vite, elle se met à écrire sur la condition des femmes de l’Empire, en profitant au passage pour se moquer des écrivains voyageurs « très prompts à parler de ce qu’ils ne connaissent pas », elle qui a la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous