Le Courrier de la Macédoine

Labina Mitevska, pour aider la Macédoine à raconter ses histoires

| |

Produire un film quand on est macédonien, mission impossible ? Actrice et productrice, Labina Mitevska parvient à tirer son épingle du jeu. Pour elle, le cinéma macédonien a beaucoup de choses à dire et mérite que des producteurs se battent pour y financer des films. Son dernier projet, Je suis de Titov Veles (2007), réalisé par Teona Strugar-Mitevksa, a été salué dans de nombreux festivals internationaux.

Propos recueillis par Srebra Pašovska La Macédoine est un pays très riche en histoires originales, dont les cinéastes pourraient tirer bien plus de matière qu’ils ne le font actuellement. C’est le credo de Labina Mitevska, actrice mais surtout productrice, et l’une des meilleures dans le pays. Grâce à elle, le cinéma macédonien trouve sa place dans le monde. Son dernier projet, Je suis de Titov Veles (2007), a été salué dans de nombreux festivals internationaux. Le Courrier de la Macédoine (CdM) : Vous apparaissez comme la meilleure productrice de film en Macédoine. Vous avez rencontré le succès avec Comment j’ai tué un saint (2004) et Je (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous