Si le Kosovo n’existait pas, Vučić l’inventerait

La Serbie, le Kosovo et l’UNESCO : patrimoine historique, manipulation politique

| |

Une fois de plus, l’heure de la mobilisation « patriotique » a sonné en Serbie : l’UNESCO votait ce lundi sur la candidature du Kosovo. Alors qu’il n’a jamais évoqué le patrimoine médiéval lors des négociations de Bruxelles, le gouvernement de Belgrade utilise la vieille rhétorique nationaliste pour « occuper » l’opinion publique et détourner son attention des scandales de corruption.

Par Dragica Stanojlović //URGENT : l’adhésion du Kosovo est repoussée, faute d’avoir été soutenue par la majorité qualifiée des deux-tiers des Etats membres. La candidature de Pristina a obtenu 92 voix au lieu des 95 nécessaires. 50 Etats membres ont voté contre, et 29 se sont abstenus.// Un lourd climat pèse sur la scène politique serbe. Comme toujours, le Premier ministre, Aleksandar Vučić, et son ministre des Affaires étrangères, Ivica Dačić, sont les plus actifs. Ils ont épuisé tous les « grands thèmes », et le Kosovo est revenu à l’ordre du jour. Dès que les politiciens ont besoin de détourner l’attention des citoyens de leurs problèmes quotidiens, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous