Le Courrier des Balkans

La Roumanie et le FMI, l’histoire d’un asservissement ultralibéral

| |

La Troïka est en visite en Roumanie jusqu’au 16 juin pour évaluer, une troisième fois, l’application de l’accord signé en septembre 2013 avec le FMI. Cet accord préventif qui porte sur un prêt de quatre milliards d’euros, est le 13e signé entre Bucarest et le bailleur international. Pourtant, le pays serait, officiellement, sorti de la crise...

Par Julia Beurq « La Roumanie n’est pas une colonie du FMI ». Voilà l’un des nombreux slogans qui s’était élevé dans la foule anonyme rassemblée dans le froid sur la place de l’Université de Bucarest en janvier 2012. On a souvent tendance à oublier que les Roumains étaient alors descendus dans la rue avant tout pour protester contre la privatisation du système de santé et les mesures d’austérité orchestrées par le gouvernement d’Emil Boc : 25% en moins sur les salaires des fonctionnaires, hausse de la TVA de 19% à 24%. Une cure drastique recommandée par le Fond Monétaire International (FMI) qui faisait suite à l’accord signé en 2009, en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous