Evenimentul Zilei

La Roumanie accepte les yeux fermés le bouclier anti-missile américain

| |

Le président roumain Traian Băsescu a annoncé, début février, que son pays participerait au nouveau projet de bouclier anti-missile américain. Alors que beaucoup d’aspects restent flous, notamment en terme de financement, de logistique et de sécurité, Bucarest s’engage ainsi à accueillir des missiles antimissiles qui seront opérationnels en 2015 et qui visent à parer à d’éventuelles menaces provenant d’Iran ou de Corée du Nord.

Par Oana Dobre Les détails concrets de l’accord restent un mystère pour les autorités roumaines. Avant l’annonce faite par le Président Traian Băsescu, jeudi, 4 février, seuls les détails de principe avaient été établis, à savoir les avantages stratégiques de l’emplacement des installations militaires en Roumanie. Les membres du Conseil supérieur de la défense (CSAT) ignoraient même le moment où la Roumanie allait prendre la décision de participer au projet. Avant qu’il ne soient convoqués à une réunion au palais présidentiel de Cotroceni, le 4 février. Le montant effectif des coûts, les modalités de règlement ainsi que les implications en termes (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous