Osservatorio sui Balcani

La Minuk, une immense aubaine pour l’économie du Kosovo

| |

En huit ans, la Mission des Nations Unies au Kosovo (Minuk) aurait dépensé plus de trois milliards d’euros. Au plus fort, la mission a embauché 6.300 employés internationaux, et 5.200 locaux. Les internationaux payaient des loyers au prix fort, et dépensaient sans compter dans les bars et les restaurants... La physionomie de Pristina a changé pour satisfaire les besoins de cette clientèle. Alors que la Minuk, toujours premier employeur du Kosovo, s’apprête à plier bagages, retours sur l’apport essentiel de la mission à l’économie locale.

Par Veton Kasapolli On ignore toujours quand le futur statut du Kosovo sera fixé. La décision, quelle qu’elle soit, devrait cependant presque certainement signer, dans un futur proche, le départ de la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (Minuk), l’administration civile qui a gouverné la région depuis 1999. Or, alors que la Minuk continue à soutenir le processus de définition du statut, on commence déjà à faire le bilan de l’impact économique de la présence de la mission de l’Onu au Kosovo, et des conséquences de la réduction progressive de ses effectifs. Selon un rapport interne, depuis sa création, la Minuk a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous