Utrinski Vesnik

La Macédoine et les droits de la personne : « peut mieux faire »

| |

Le Conseil de l’Europe vient de publier un rapport aigre-doux sur la situation des droits de la personne en Macédoine. Le Conseil salue la meilleure cohabitation interethnique et des réformes « spectaculaires » mais recale la justice macédonienne. Le commissaire aux droits de la personne Thomas Hammarberg demande la clarification de plusieurs dossiers, dont l’opération de police à Brodec en 2007 et la mort de migrants sous les balles de la police à Raštanski Lozja en 2002.

Par Toni Glamčevski En une semaine, deux rapports sur la Macédoine ont été rendus publics à Strasbourg. Après le rapport accablant du Comité européen pour la prévention de la torture, le rapport du Commissaire aux droits de la personne du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg, semble plus modéré. Il a été rédigé suite à sa visite en Macédoine, du 25 au 29 février 2008 [1]. Le Commissaire note « les progrès que le pays a accomplis ces dernières années, notamment pour ce qui a trait aux relations interethniques et aux efforts déployés en vue de mettre en œuvre l’Accord-cadre d’Ohrid ». Il rappelle toutefois qu’un climat négatif continue de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous