Le Courrier des Balkans

La Grèce, présidente de l’Union européenne, ou l’ironie de l’histoire

| |

Optimisme avant tout ! C’est le parti pris des dirigeants grecs et européens qui prédisent un bel avenir à la Grèce, notamment grâce à la présidence tournante du Conseil européen. Mais derrière l’improbable image d’une success story annoncée, la réalité est bien différente. Chômage, désenchantement, migration massive... Athènes ne semble pas prête à sortir de la dépression. L’analyse de notre correspondant à Athènes.

Par Pavlos Kapantais Ça y est, c’est officiel ! Depuis la cérémonie du 8 janvier 2014 à Athènes, la Grèce préside bel et bien l’Union européenne. Antonis Samaras, Premier ministre grec, a reçu l’éloge appuyé de José Manuel Barroso, président de la Commission européenne. La foule a applaudi. Une cérémonie comme l’UE en connaît tous les six mois en somme, ou du moins la volonté partagée de la faire paraître comme telle… Retrouvez notre dossier : Une Grèce aux abois prend la présidence de l’Union européenne C’est probablement aussi pour casser cette belle image qu’Alexis Tsipras, le chef du Syriza (coalition de gauche radicale), n’y était pas. Le chef de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous