BIRN

La Grèce et la Macédoine rejettent tout compromis sur le nom du pays

| |

Les pourparlers gréco-macédoniens sur le conflit nominal sont à nouveau dans l’impasse. La Grèce brandit ouvertement son moyen de pression : un veto sur l’entrée de la Macédoine dans l’Otan en avril prochain. Si l’argument pèse son poids, Skopje refuse de se laisser dicter l’agenda des négociations. Des milliers de personnes ont manifesté le 27 février dans les rues de Skopje.

La médiation onusienne sur le conflit nominal gréco-macédonien a de nouveau abouti à une impasse, ce samedi 1er mars. Hier, le Secrétaire général de l’Otan Jaap de Hoop Scheffer s’est rendu à Athènes afin d’y rencontrer le Premier ministre grec Costas Karamanlis. Samedi, Matthew Nimetz, le médiateur de l’Onu pour le conflit nominal, a évoqué devant les médias le « fossé » qui sépare les positions grecque et macédonienne à l’issue de ce cycle de négociations. Il a souligné que l’absence de solution pourrait avoir des conséquences sur la stabilité de la région, et a émis l’espoir que de nouveaux pourparlers puissent se tenir après un « temps de réflexion » de la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous