Serbie : la « défense de l’alphabet cyrillique », un fétiche pour les nationalistes

| |

Non, l’alphabet cyrillique n’est pas en danger en Serbie ni en Bosnie-Herzégovine, comme le proclament les nationalistes. Par contre, le nombre des analphabètes pose problème, quel que soit l’alphabet considéré. Le linguiste Ranko Bugarski revient sur les manipulations politiques de la langue, utilisée pour diviser, alors qu’elle devrait réunir. Entretien.

Traduit par Nikola Radić (article original) Ranko Bugarski est professeur à la Faculté de philologie de Belgrade. Linguiste de renom, il est l’auteur de nombreux ouvrages de linguistique, linguistique appliquée et sociolinguistique. Buka (B.) : On prétend que l’alphabet cyrillique serait menacé par l’alphabet latin, à cause d’Internet, du poids croissant de l’anglais, etc. Cette menace est-elle réelle ? Ranko Bugarski (R.B.) : Je ne pense pas que le cyrillique soit menacé de disparition pour avoir cédé une partie de sa place à l’alphabet latin, l’autre alphabet de la langue serbe, pour les raisons que vous citez. Ses deux points d’ancrage les (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous