Slobodna Bosna

La Bosnie et les critères européens : doit (beaucoup) mieux faire

| |

La Bosnie-Herzégovine est encore bien loin de remplir les conditions de l’intégration européenne. Parmi les critères fixés par le Partenariat européen, les progrès tardent à se concrétiser dans la réforme de l’administration, de la police, du service public de radio-télédiffusion, mais aussi, par exemple, dans la lutte contre le blanchiment d’argent. La Commission européenne a rendu un rapport sévère, ne saluant que quelques réussites, notamment dans le domaine du contrôle des frontières et des politiques migratoires.

La réforme de l’administration qui se déroule trop lentement, l’arrêt de la réforme de la police aussi bien que de celle du service public de radio-télédiffusion, l’influence de la politique sur les institutions juridiques, l’absence de collaboration entre les « entités », telles sont les principales critiques formulées sur le fonctionnement des autorités de Bosnie-Herzégovine dans le rapport annuel de la Commission européenne sur les progrès et l’intégration européenne des pays des Balkans occidentaux. La Commission européenne rédige chaque année un rapport sur les progrès de tous les pays candidats (ce sont, en ce moment, Croatie, Turquie et Macédoine) ou (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous