« La Lettre de Confrontations Europe », avril-mai 2004

L’Union européenne et les « Balkans occidentaux »

| |

L’appel à la prise en mains de leurs affaires par les « Balkans occidentaux », l’injonction nécessaire de se plier aux obligations internationales qui incombent à leurs dirigeants, par exemple celle de coopérer avec le TPI, ne doivent-ils pas s’accompagner d’un soutien à la constitution de systèmes politiques viables, fonctionnant dans des espaces clairement délimités, ainsi que d’une aide économique massive ?

Si la question des frontières de l’Europe se pose, elle ne concerne pas les pays des « Balkans occidentaux » qui, selon la terminologie bruxelloise, désignent la région formée par l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Macédoine et la Serbie-Monténégro (Kosovo fictivement inclus). Géographiquement, historiquement, cette partie de notre continent est, à l’évidence, européenne. Cette réalité a été admise par les Conseils européens qui se sont succédé depuis 1999, avec la définition d’un « processus de stabilisation et d’association » puis la reconnaissance à ces pays de la qualité de candidats potentiels. Le sommet U.E-Balkans (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous