Koha Jone

L’Italie ferme ses portes aux étudiants albanais

| |

L’Italie et l’Albanie, c’est une longue histoire de « Je t’aime, moi non plus ! ». Depuis l’ouverture des frontières en 1990, ce pays est la destination principale des émigrants albanais. Il en était déjà ainsi au XVe siècle. Le peuple albanais se sent très proche de son voisin de l’autre rive de l’Adriatique, et des milliers de jeunes Albanais vont étudier en Italie. Cela sera désormais presque impossible. Le gouvernement Prodi a en effet adopté des quotas très restrictifs pour les étudiants étrangers.

Par Edison Kurani Les jeunes Albanais qui veulent poursuivre leurs études supérieures en Italie, devront désormais effacer ce pays de leurs projets. Peu avant de laisser sa place au cabinet Berlusconie, le gouvernement Prodi a, en effet, décidé de limiter le numerus clauses dans les Universités, qui est déjà insuffisant pour les jeunes Italiens. La décision a été prise le ministère de l’Education. Les organisations sans but lucratif la considèrent comme un acte inadmissible de discrimination. Les Italiens se sont mobilisés massivement et des manifestations ont été organisées qui devraient s’élargir à toute l’Italie pour protester contre cette (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous