Bulgarie

L’humanisme de Slavy Boyanov, traduit en français

|

Slavy Boyanov est désormais le premier philosophe bulgare - de plus philosophe original, à part des grands courants de la philosophie moderne - dont on connaisse l’existence en France. Cette reconnaissance on ne peut plus tardive s’impose pour plusieurs raisons.

Slavy Boyanov a quatre-vingt huit ans. C’est une grande chance, pour nous autres lecteurs et pour lui, que le sort l’ait préservé jusque-là des maladies. C’est la seule chose dont il l’ait préservé. Il ne lui a épargné ni le dénigrement, ni les humiliations, ni, pour finir, l’oubli prolongé. Comment ne pas s’étonner de ce que ce philosophe personnaliste, disciple d’Emmanuel Mounier, Gabriel Marcel et de Nicolas Berdiaev (le grand philosophe russe le considérait comme un peu son fils ; Boyanov aurait brûlé un paquet de lettres du grand maître de peur qu’elles ne soient saisies par les autorités communistes en Bulgarie) n’intéresse personne, ne serait-ce que (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous