Des frontières trop poreuses

La Bulgarie, éternelle candidate à l’espace Schengen

| |

La Bulgarie est-elle condamnée à faire le pied de grue dans l’antichambre de l’espace Schengen ? Certains pays européens, Allemagne en tête, freinent des quatre fers l’entrée de Sofia dans la zone de libre circulation en raison de la porosité des frontières - et de la corruption galopante.

Par Nikolaï Cekov Pour l’eurodéputé bulgare Andreï Kovatchev, les dirigeants de Sofia font suffisamment d’efforts pour accéder à l’espace unique : « nos partenaires occidentaux évoquent le problème des migrants illégaux. De fait, la Bulgarie a accepté le modèle d’entrée progressive dans l’espace Schengen. C’est un premier pas qui devrait s’étendre au cours des prochains mois à nos quatre aéroports internationaux à Sofia, Burgas, Varna et Plovdiv », assure-t-il. Daniel Kadik, chef du bureau pour l’Europe du Sud-est de la Fondation libérale allemande Friedrich Naumann explique diplomatiquement que « la Bulgarie n’a pas d’atouts assez forts pour taper du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous