« Atlas bosnien des crimes de guerre » : une catharsis informatique ?

| |

L’Istraživačko dokumentacioni centar (IDC, Centre de recherche et de documentation), une ONG bosnienne, a réalisé un « Atlas bosnien des crimes de guerre ». Ce projet colossal recense et localise l’intégralité des dommages non seulement humains mais aussi matériels causés par la guerre des années 1990. Le moyen pour les Bosniens de parler de la guerre au passé et non plus au présent ?

Pourtant, l’annonce « ferme » du nombre des victimes recensé par l’IDC a fait taire beaucoup de critiques, sachant que les experts internationaux mandatés pour évaluer la réussite du programme ont tous jugé que les données collectées étaient « objectives », « utilisables » et surtout semblaient représenter « l’évaluation la plus proche possible du nombre exact de victimes du conflit ». L’Atlas paraît donc dans un contexte légèrement plus pacifié. Il constitue un approfondissement du HLP en ce qu’il localise géographiquement les victimes, et surtout ajoute une dimension infrastructurelle importante : les édifices religieux, industriels, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous