Mediapool

« L’atlantisme » est-européen, une position pragmatique ?

| |

« Le soutien des anciens pays communistes d’Europe de l’Est aux États-Unis ne doit pas être interprété comme un acte d’obséquiosité, tout comme il ne s’agit pas de consentir en bloc à la politique américaine », estime l’analyste politique bulgare Ognyan Mintchev. Il s’agit plutôt de « l’expression des intérêts nationaux fondamentaux à long terme, partagés par tous les pays européens post-communistes, fondés sur la sauvegarde à tout prix de l’espace euro-atlantique et du rôle prépondérant des États-Unis. »

Par Ognyan Mintchev [1] Avec leur soutien catégorique aux États-Unis lors de la crise irakienne, les pays de l’Est post-communiste ont mis en évidence une grande rupture sur le Vieux continent, entre une Europe occidentale pacifiste et neutraliste et une Europe orientale pro-atlantique. Pourquoi celle-ci a-t-elle couru le risque de provoquer la colère de ses « parrains occidentaux » en appuyant les États-Unis, malgré ses réserves sur les politiques de l’actuelle administration conservatrice à Washington ? Les explications d’ordre moral ou les questions de valeurs sont futiles. L’Europe post-communiste a en effet déjà fait son choix, en optant pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous