Koha Jone

L’Albanie, nouvelle terre de conquête pour l’Italie ?

| |

Les investissements italiens se multiplient en Albanie. De nombreuses PME préfèrent désormais ce pays à la Roumanie ou à la Bulgarie, récemmen intégrées à l’UE. Les Italiens sont aussi de plus en plus présents dans le secteur énergétique albanais, alors que Sali Berisha propose de construire une centrale nucléaire. Pourtant, le racisme anti-émigrés croît en Italie, tandis que les étudiants albanais ne sont plus les bienvenus dans le pays. Le point de vue du consul d’Italie à Shkodra, Stefano Marguccio.

Propos recueillis par Tom Therçaj Koha Jone (KJ) : Vous avez visité en long et en large le nord de l’Albanie. Qu’en pensez-vous, par rapport à votre pays ? Quelles sont les possibilités de développement de cette région ? Stefano Marguccio (SM) : Les liens entre l’Italie et l’Albanie sont très forts, et ils remontent bien loin dans l’histoire et la mémoire du peuple albanais, comme le rappelle l’existence de la communauté arberësh en Italie du Sud. Dans le même temps, l’Albanie du Nord montre certaines ressemblances avec l’Italie des années 1950, pas seulement en ce qui concerne la mentalité mais aussi le développement. Le Nord albanais a un (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous