LeftEast

L’Albanie, ce pays où les transports publics deviennent un luxe

| |

En Albanie, et particulièrement dans la capitale Tirana, la situation des transports publics est lamentable : véhicules bondés, horaires non respectés, tarifs dissuasifs. Sans oublier les pressions des opérateurs privés sur leurs employés. Un exemple parmi tant d’autres de la faillite des pouvoirs publics depuis les débuts de la transition économique. Point de vue.

Par Arlind Qori [1] Imaginez le dernier bastion du stalinisme devenir le bon élève du FMI, engager l’un des premiers des réformes néolibérales et être présenté comme modèle dans les années 1990. Imaginez un pays où la désindustrialisation et les privatisations brutales font exploser le chômage au point de provoquer une émigration massive, en particulier vers la Grèce et l’Italie. Un pays dont les ouvriers vont grossir les rangs du sous-prolétariat occidental, mais qui, grâce à leurs envois d’argent, maintient son tissu social et son économie souterraine. Imaginez un pays dont les émigrants rentrent à la maison, de Grèce surtout, fuyant la déchéance... (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous