Osservatorio sui Balcani

Kosovo : un patrimoine divisé à protéger

| |

La semaine dernière, l’Assemblée du Kosovo a approuvé une loi particulièrement délicate : la loi sur la tutelle du patrimoine culturel. Le thème est fortement politisé, car il renvoit à la protection de l’identité serbe. La définition et l’inventaire du patrimoine à protéger ont constitué un thème majeur des discussions serbo-albanaises de Vienne, mais l’indifférence prévaut sur le sujet dans la population, tandis que se poursuivent les constructions sauvages.

Par Sasa Stefanovic Une coulée de ciment tombe cependant sur le débat en question. L’administration internationale l’attendait depuis longtemps, elle avait, par ailleurs, renvoyé à l’expéditeur la première proposition de loi élaborée par l’exécutif kosovar. Dans le Kosovo de l’après conflit, où les communautés ne jouissent pas toutes d’une représentation politique équitable, même la réponse à la question « qu’entend-on par patrimoine politique ? » n’est pas facile. Les réponses changent en fonction de qui les donne. Selon la nouvelle loi, le Kosovo comporte 96 sites archéologiques, 16 cimetières historiques, 139 édifices sous tutelle rattachés à la culture (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous