Osservatorio Balcani e Caucaso

Kosovo : sale temps pour la liberté de la presse

| |

Pressions politiques, faibles ressources financières, lobbies puissants : les médias du Kosovo sont en mauvaise posture. Depuis l’indépendance, la communauté internationale a relâché sa surveillance, mettant à mal la liberté de la presse dans le pays.

Par Francesco Gradari à Pristina « A l’époque où nous n’étions pas encore libres, nous étions en mesure d’informer de manière plus indépendante qu’aujourd’hui ». Agron Bajrami, rédacteur en chef du quotidien kosovar « Koha Ditore », commente avec amertume l’état de la liberté de la presse dans son pays. Osservatorio sui Balcani (Osb) : Comment voyez-vous le rapport entre les médias publics et la politique dans le Kosovo d’aujourd’hui ? Agron Bajrami (A.B) : Il serait réducteur de parler de la condition des médias publics au Kosovo sans considérer la tendance qui s’illustre dans ce secteur partout dans le Sud-est européen. L’interférence de la politique (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous