BIRN

Kosovo : que faire avec les services secrets très spéciaux des partis politiques ?

| |

Le gouvernement du Kosovo va bientôt compter un ministère de l’Intérieur. Des services de renseignement officieux existent déjà dans l’orbite de la LDK et du PDK. Intégrer ces organismes aux futurs services officiels risque de politiser le ministère. Mais les laisser en dehors créerait une situation de concurrence malsaine. Premier épisode d’une plongée dans le monde du renseignement kosovar.

Par Jeta Xharra Le 20 décembre, la Mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK) a autorisé le gouvernement kosovar à créer un ministère de la Justice et un ministère de l’Intérieur. L’événement a causé un certain émoi dans les cercles politiques. C’est en particulier la perspective d’un Kosovo doté de son propre ministère de l’Intérieur qui a donné lieu à des luttes en coulisses sans précédent entre les partis politiques de la coalition gouvernementale. Objet du bras de fer : déterminer à qui il incombera de mettre en place les structures [du nouveau ministère]. Ces luttes alimentent des inquiétudes déjà exprimées auparavant par (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous