AIM

Kosovo : Purification ethnique contrôlée

| |

Il est difficile de croire que les pays membres de l’Organisation du
traité de l’Atlantique nord (OTAN) n’avaient pas prévu dans leurs
projets de résolution du problème du Kosovo la possibilité que le régime
de Milosevic ait une "réponse" préparée. Ce n’était un secret ni pour les
citoyens serbes, encore moins pour ceux du Kosovo.

Par le correspondant d’AIM à Pristina "Nous les Serbes pouvons souffrir, mais il n’y aura plus d’Albanais au Kosovo", avait déclaré seulement quelques jours avant l’intervention de l’OTAN en Yougoslavie le radical Vojislav Šešelj, vice-président du gouvernement serbe, l’un des plus importants porte-parole de Slobodan Milosevic. Le général colonel de la troisième armée dans la région, Nebojša Pavkovic, avait plusieurs fois émis semblable message : "L’OTAN peut venir au Kosovo, mais que va-t-elle y trouver ?!" Seul Milosevic, qui dans le monde entier n’était pas considéré comme un nationaliste, mais comme un homme qui aimait le pouvoir, a profité de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous