Kosovo : personne ne veut d’élections anticipées, sauf Vetëvendosje

| |

C’est aux députés qu’il revient de désigner le successeur d’Hashim Thaçi et, si le prochain chef de l’État n’est pas élu dans un délai de six mois, de nouvelles élections législatives seront convoquées. Une perspective qui enchante Vetëvendosje, mais qui effraie tous les autres partis. Analyse.

Traduit par Belgzim Kamberi (article original) Le 5 novembre dernier, Hashim Thaçi démissionnait de ses fonctions de Président du Kosovo, après la confirmation de sa mise en accusation pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité par les Chambres spécialisées de La Haye. Le même jour, sur la base des compétences qui lui sont conférées par la Constitution, Vjosa Osmani, la Présidente du Parlement, devenait Présidente de la République par intérim. Elle peut rester six mois à ce poste, avant qu’un nouveau Président ne soit élu. La Constitution prévoit que le Président de la République doit être désigné par les deux tiers des députés du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous