Belgrade et Pristina se renvoient la balle

Kosovo : mensonges et illusions du dialogue avec Belgrade

| |

Le 19 avril 2013, Belgrade et Pristina signaient à Bruxelles un accord (trop ?) vite qualifié d’« historique ». Pourtant, deux ans plus tard, bien peu de choses ont véritablement changé sur le terrain. Les institutions « parallèles » serbes contrôlent toujours le nord du Kosovo, et de nombreuses dispositions des négociations attendent toujours d’être mises en œuvre. Évidemment, chacune des parties s’accuse de l’échec. Bilan.

Par Fitim Gashi Deux ans après la signature de « l’accord historique de Bruxelles » pour la normalisation des relations entre le Kosovo et la Serbie, beaucoup de points n’ont toujours pas été mis en œuvre. Les délais prévus pour son application ont été violés à plusieurs reprises, alors que la Serbie n’a respecté jusqu’à présent que les points pour lesquels elle avait un intérêt. La barricade-parc sur le pont de l’Ibar à Mitrovica reste toujours le symbole de la division entre le sud et le nord du Kosovo. Malgré tout, les représentants du gouvernement de Pristina n’ont eu de cesse de mentionner les résultats concrets de cet accord. Pour la ministre en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous