IWPR

Kosovo : les jeunes filles privées d’école ?

| |

Plusieurs rapports confirment que la moitié seulement des jeunes filles âgées de 15 à 18 ans vont à l’école. Alors que l’analphabétisme touche toujours une part importante de la population féminine du Kosovo, la déscolarisation est aussi le reflet des attitudes traditionnelles : les parents privilégient l’éducation des garçons.

Par Zana Limani et Driton Maliqi A Peja, à l’ouest du Kosovo, Aferdita Gruda et sa sœur aïnée Merita passent le plus clair de leur temps dans la maison familiale, à faire le ménage, à regarder la télévision et à feuilleter Kosovarja, un magazine populaire Ni l’une, ni l’autre n’aura la chance d’entreprendre une carrière maintenant qu’elles ont quitté l’école élémentaire. Toutes les deux ont abandonné les études sous la pression familiale. « Ma grand-mère voulait que je quitte l’école, elle disait que je n’avais rien à apprendre là-bas », raconte Aferdita. Le « choix » des sœurs, si choix il y a, n’est que trop caractéristique dans une société toujours gouvernée (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous