Vous avez dit corruption ?

Kosovo : les « graves dysfonctionnements » d’Eulex

|

Le scandale avait fait trembler la mission Eulex à l’automne 2014. Le juriste français Jean-Paul Jacqué a rendu son rapport le 14 avril, exonérant les chefs de la mission d’avoir voulu « enterrer » le scandale, mais sans se prononcer sur le fonds de l’affaire et en pointant de « graves dysfonctionnements ». La balle est désormais dans le camp de la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Jean-Paul Jacqué devait mener une enquête « indépendante » sur les très graves accusations de corruption lancées à l’automne contre la mission Eulex. Il considère comme « infondées » les allégations de la juge britannique Maria Bamieh, qui assurait que ses tentatives d’alerter ses supérieurs sur des pots-de-vin qu’auraient acceptés deux de ses collègues se seraient heurtées à un mur. Le rapport, toutefois, ne se prononce pas sur le fond de l’affaire, qui fait toujours l’objet d’une enquête criminelle commune d’un procureur recruté par Eulex et d’un procureur kosovar, entamée en décembre 2013. Il exprime d’ailleurs des « doutes sur la légalité » de cette (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous