AIM

Kosovo : Les divergences d’opinion empêchent la stabilisation

| |

« Nous collaborons pour accomplir ensemble une bonne action ». C’est à
peu de
choses près le dernier slogan utilisé par l’envoyé spécial des
Nations unies au
Kosovo, Bernard Kouchner, dans son approche pour résoudre le problème du
Kosovo.

Par Fehim Rexhepi à Pristina Kouchner semble avoir passé avec succès le premier test consistant à inviter tout le monde à coopérer lors de ses pourparlers avec des avocats du Kosovo à propos de la nouvelle législature. Mais les attentes sont beaucoup plus grandes, les intérêts des camps impliqués ne sont pas coordonnés et sont même contradictoires, et les choses ne dépendent pas seulement de Kouchner. C’est pourquoi il est si difficile de prévoir ce qui va se passer. Néanmoins, au vu de la situation qui impose de prendre sans délai certaines mesures, particulièrement dans le domaine de la sécurité, il est possible que l’ordre de ces (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous