Koha Ditore

Kosovo : le train de la réconciliation va-t-il finir par entrer en gare ?

| |

Un train qui arrive toujours à l’heure, où le billet ne coûte que 50 centimes d’euros... Des cheminots sympas, qui communiquent entre eux dans deux langues différentes... Où cela est-il possible ? Mais au Kosovo, bien sûr ! Le train est l’un des rares services publics qui réunisse Serbes et Albanais. Le seul qui fonctionne sans immixtion des fonctionnaires internationaux.

Par Gazmend Syla et Blerim Xhemaili « Mitrovica, javi se ! (Mitrovica, répondez) », c’est l’appel de la radio de liaison. Le contrôleur albanais répond : « Hajde Zveçan fol ! (Allez Zveçan, parle !) ». « Voz stizhe za pet minuta ! (Le train arrive dans cinq minutes !) », « Në rregull ! (Ok !) »... Tous deux font le même travail. Qu’ils soient contrôleurs sur la ligne ferrovière de Zveçan ou sur celle de Mitrovica, ils entretiennent de très bons rapports bien que chacun parle dans sa propre langue. Les quatre conducteurs et quatre autres personnes chargées de la sécurité qui travaillent dans le train semblent remplir le premier standard principal au Kosovo : (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous