Java

Kosovo : le TPI devra prouver l’existence d’une chaîne de commandement

| |

L’acte d’accusation contre Fatmir Limaj et les trois membres de l’UCK arrêtés la semaine dernière semble à première vue très sérieux, même s’il a été publié dans une variante abrégée. Pourtant, le Parquet aura sûrement beaucoup de mal à étayer son accusation sur des preuves convaincantes.

Par Shkëlzen Maliqi L’arrestation et le transfert à La Haye de quatre anciens membres de l’UCK n’a pas été une surprise pour l’opinion du Kosovo. Depuis longtemps, par différentes sources, et par le parquet du Tribunal de La Haye lui-même, on savait que les enquêteurs du TPI étaient en train de récolter des faits et de préparer un acte d’accusation contre d’anciens commandants et combattants de l’UCK, pour des crimes commis durant de la guerre du Kosovo. Fatmir Limaj était l’une des personnalités les plus marquantes de la scène politique du Kosovo d’après-guerre. Pour la première fois, l’opinion du Kosovo a appris par l’acte d’accusation qu’il avait existé (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous