Le Courrier du Kosovo

Kosovo : le SHIK sur la sellette

|

Les membres du SHIK ont été formé par les services étrangers de renseignements, dont les américains, a affirmé Bekim Haxhiu, député du Parti démocratique du Kosovo (PDK) d’Hashim Thaçi, qui a reconnu qu’il avait lui-même appartenu à ce service de renseignements très « spécial ». L’opposition demande la création d’une commission d’enquête parlementaire sur le rôle du SHIK, officiellement dissous depuis juin 2008.

En reconnaissant qu’il avait été membre du SHIK jusqu’à la date officielle de sa dissolution, le 15 juin 2008, Bekim Haxhiu, alias « Kamishi », a expliqué que le rôle du SHIK était de « récolter des informations sur différentes activités » et de les envoyer à Kadri Veseli, qui les faisaient ensuite suivre aux institutions de l’Etat, indépendamment du parti au pouvoir. L’ancien commandant Kamishi a nié toutes possibilités d’implication du SHIK dans des activités criminelles, en ajoutant qu’il était fier du travail qu’il a mené dans ce service. Membre de la Commission pour la Supervision de l’Agence de renseignement du Kosovo (AIK), Kamishi a dernièrement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous