Koha Ditore

Kosovo : le fascisme, la honte

| |

« Ceux qui pensent que la violence prendra fin dès que le dernier Serbe aura été chassé se font des illusions. La violence sera simplement dirigée contre d’autres Albanais », écrivait Veton Surroi, dès le mois d’août 1999.

Par Veton Surroi [1] Le mois dernier, une vieille femme a été battue à mort dans son bain. Un garçonnet de deux ans a été blessé et sa mère abattue. Deux adolescents ont été tués par une grenade. Une femme n’ose pas prononcer son nom en public de peur que ceux qui ont tenté de la violer ne reviennent. Toutes ces victimes étaient des Serbes. Malheureusement, il ne s’agit pas d’incidents isolés. De très nombreux Serbes restés au Kosovo se sont enfermés chez eux, terrifiés par une atmosphère dans laquelle tout bruit semble menaçant et chaque véhicule qui s’arrête peut être celui qui vous conduira à la mort. Puis il y a le cas de ce couple âgé qui n’a rien à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous