Zëri

Kosovo : le début d’une phase très dangereuse

| |

L’inculpation et la démission de Ramush Haradinaj se sont produites au pire moment possible pour le Kosovo, alors que le gouvernement enregistrait des progrès réels, et que les discussions sur le statut final doivent s’ouvrir. La société et la classe politique ont fait preuve de maturité, mais le soutien de la communauté international sera nécessaire dans les mois à venir. L’analyse de l’éditorialiste Blerim Shala.

Par Blerim Shala Ce mardi 8 mars 2005, le Kosovo est entré dans la phase la plus critique et la plus dangereuse de son développement politique. Il ne pouvait y avoir un pire moment pour rendre public l’acte d’accusation du Tribunal de La Haye contre Ramush Haradinaj, Premier Ministre du Kosovo et ex-commandant de l’UCK dans la zone de Dukagjin. Cela s’est produit en même temps que l’anniversaire des émeutes du mois de mars, que le centième jour du gouvernement kosovar actuel et juste durant les semaines où les progrès dans le respect des standards prioritaires sont le plus urgent... Voilà le contexte dans lequel l’opinion kosovare a appris, par la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous