Danas

Kosovo : le calme avant la tempête dans les partis politiques albanais

| |

La LDK n’a toujours pas choisi son nouveau président, et de premières fractures apparaissent au sein du PDK : l’ancien commandant Remi voudrait que le parti se retire des négociations. En fait, l’opinion publique craint que les responsables politiques ne commencent à s’attaquer à cause des compromis qu’ils devront immanquablement faire dans le cadre de ces négociations.

Par Petrit Selimi [1] Ces derniers jours, les différents acteurs politiques du Kosovo ont continué à se positionner. En dépit d’une pression médiatique ouverte et des incitations discrètes des diplomates occidentaux à Pristina, la Ligue démocratique du Kosovo (LDK), principal parti albanais du Kosovo, n’a pas encore ouvert le débat sur la tenue de son futur congrès. Après la mort du président Rugova et la mise sur la touche des deux responsables « durs » qu’étaient Adem Saljihaj et Nexhat Daci, l’opinion publique s’attendait à une division du parti ou à des tensions intérieures qui l’auraient affaibli. Les dilemmes sur les nouveaux responsables du parti (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous