Zëri

Kosovo : la solution du compromis

| |

Le philosophe kosovar, Muhamedin Kullashi, considère que les pressions de l’Union européenne [UE] contre l’indépendance du Monténégro sont motivées par la crainte que les Balkans ne connaissent une nouvelle fragmentation. La création d’États minuscules ne sied pas à l’Europe qui se prépare à élargir l’Union en acceptant de nouveaux pays.

Par Muhamedin Kullashi Il semblerait que l’accord pour la création de l’Union de la Serbie et du Monténégro [USM] est un compromis imposé surtout par l’Union européenne. Les diplomates et experts internationaux avaient clairement compris que la troisième Yougoslavie de « Zablak » (1992) était morte durant l’été 2000. Milosevic avait fait de nombreuses modifications constitutionnelles, et avait, de cette façon, réduit la position du Monténégro. Les élections avaient été rejetées par les représentants légitimes du Monténégro, mais les diplomates occidentaux feignaient d’ignorer cette réalité. La fragmentation des Balkans en États minuscules ne convenait pas à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous