Le Courrier des Balkans

Kosovo : la faillite de la justice et les responsabilités occidentales

| |

« L’Union européenne et les États-Unis sont les principaux responsables du silence entretenu autour des crimes de l’UÇK ». Nataša Kandić, la directrice du Fonds pour le droit humanitaire, salue la perspective de création d’un tribunal spécial au Kosovo, mais dénonce la longue inaction de la communauté internationale.

Interrogée par la Radio télévision de Voïvodine, Nataša Kandić, la directrice du Fonds pour le droit humanitaire de Belgrade, a rappelé que la communauté internationale portait la plus grande responsabilité du fait que, depuis quinze ans, rien n’a été fait pour élucider les crimes qui ont été commis au Kosovo après juin 1999 sur les Serbes et les autres citoyens de nationalité non-albanaise. Retrouvez nos dossiers : • Crimes de guerre au Kosovo : l’impossible justice ? • Trafic d’organes : « Au Kosovo, tout le monde était au courant » « La communauté internationale a toujours détourné son regard des crimes commis à partir de juin 1999. Des organisations (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous