Java

Kosovo : Hashim Thaçi et le dialogue Pristina-Belgrade

| |

Le statut du Kosovo n’est pas seulement une question qui concerne Pristina, et encore moins Belgrade, mais une question internationale. Les différences entre Pristina et Belgrade touchent au contenu et ne sont pas seulement techniques. Interview de l’ancien dirigeant de l’UCK et actuel président du Parti démocratique du Kosovo, Hashim Thaçi.

Propos recueillis par Arlinda Desku Java (J) : Est-il vrai que vous avez convié le Premier ministre serbe Zoran Djindjic à des entretiens ? Hashim Thaçi (HT) : Je n’ai rien à ajouter à l’explication publique que j’ai donnée. Je répète qu’il n’y a pas et qu’il n’y a jamais eu de ma part de telle initiative. Il y a plus d’un an, le Premier ministre de Serbie Zoran Djindjic avait demandé une rencontre avec moi, par une invitation officielle, dont l’opinion publique a été informée. Je n’avais pas accepté l’offre pour des raisons d’agenda. Le Kosovo a ses institutions légitimes et ses représentants. Le PDK participe et codirige ces institutions. Le Kosovo et ses (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous