Dita

Kosovo : « Hashim Thaçi a détruit l’Etat »

| |

Le Kosovo n’a toujours pas de majorité parlementaire, plus de cent jours après les élections législatives du 8 juin. Sans faire partie de la coalition d’opposition, le mouvement Vetëvendosje a conclu le 10 septembre dernier un accord programmatique avec les trois formations politiques qui tentent de constituer le prochain gouvernement. Entretien avec Albin Kurti, sur l’avenir de cette coalition élargie et des relations entre Pristina et Belgrade.

Propos recueilli par Mira Kazhani Mira Kazhani (MK) : Monsieur Kurti, vous voulez participer à un gouvernement avec des gens et des partis qu’hier encore vous critiquiez, voire avec des gens contre lesquels vous avez bâti votre carrière politique. Durant la campagne municipale, vous aviez déclaré que Pristina ira encore plus mal si Isa Mustafa restait au poste du maire, et maintenant vous faites front commun avec lui. Que s’est-il passé ? Ces personnes ont-elles changé pour que vous acceptiez aujourd’hui de gouverner ensemble ? Ou est-ce vous qui avez changé ? Albin Kurti (AK) : Il est indispensable que le Kosovo change. Il faut que le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous