Koha Ditore

Kosovo : Harri Holkeri, la bonne personne au mauvais endroit au mauvais moment

| |

L’éditorialiste Veton Surroi revient sur la démission « pour raison de santé » du Représentant spécial au Kosovo Harri Holkeri... Avec un regret : que le sort du Kosovo ne dépende toujours pas d’institutions clairement définies, mais des choix d’une seule personne.

Par Veton Surroi L’histoire d’Harri Holkeri au Kosovo commence mal et se termine mal. Dès le départ, il héritait de l’animosité engendrée par l’administration onusienne. Holkeri avait eu deux prédécesseurs : Hans Haeckerupp - passif mais ferme avec les Kosovars - et Michael Steiner - hyperactif et plutôt méprisant et arrogant. Tous deux, chacun à sa façon, se comportèrent comme des métayers pour qui le Kosovo était un fief donné en cadeau pour services rendus. Holkeri, par contre, n’avait aucune idée précise de l’endroit où il mettait les pieds à son arrivée à Pristina. Lors du Sommet de Thessalonique, il comprit qu’il devait inciter Belgrade et Pristina à (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous