Zëri

Kosovo : état des lieux du transfert de compétences vers les autorités locales

| |

Les Kosovars peuvent-ils être satisfaits de la promesse de Steiner
concernant le transfert des compétences ? Que peut-il se passer si la MINUK
implique les hommes politiques locaux dans les « domaines réservés » de
Steiner ? Comment le rôle des Kosovars peut-il être renforcé dans les
domaines de la sécurité, de la justice, et des relations extérieures ?

Dès janvier 2003, le transfert des compétences de la MINUK vers les institutions du Kosovo était regardé comme l’acte politique le plus important pour l’année en cours. Ce processus aurait dû débuter ce mardi 8 avril. Lors de la commission publique, le chef de la MINUK, Michael Steiner, a précisé qu’il comptait transférer l’ensemble des compétences à l’exception de celles qu’il qualifie de « domaine réservé » comme la défense et la sécurité, le droit des minorités, et la politique extérieure (qui inclus la justice et le commerce extérieur). De la sorte, selon Michael Steiner, la mission de la MINUK s’inscrit dans la résolution 1244 du conseil de sécurité (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous