Reporter

Kosovo : Entrevue avec Adem Demaci

| |

Si les Serbes continuent à dire “Le Kosovo est à nous”, alors une psychose se formera chez les Albanais. Ils seront persuadés qu’il faut “nettoyer” les Serbes restant au Kosovo pour assurer leur sécurité.

Propos recueillis par Vladimir Radomirovic Le prisonnier politique albanais le plus connu dans la Yougoslavie de Tito, “le Mandela kosovar” et représentant politique de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) a fait un séjour à Belgrade la semaine dernière. Adem Demaçiest ainsi la première personnalité publique albanaise, depuis le début de la guerre au Kosovo, à apparaître (de son plein gré) à Belgrade. Représentant politique de l’UCK (1998) puis chef du bureau de l’UCK à Pristina (“je souhaitais ainsi donner une chance à la partie serbe de négocier avec nous”, dit-il aujourd’hui) a quitté sa fonction à l’UCK fin février 1999, mécontent que Hasim Thaçi ait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous