Birn

Kosovo : Comment Thaçi et ses copains prennent le contrôle des entreprises publiques

| |

Quand il s’agit de corruption, tous les partis du Kosovo se ressemblent : on nomme ses amis et ses obligés à la tête des entreprises d’Etat et on attends des retours d’ascenseur. Et Hashim Thaçi, malgré sa volonté affiché de combattre la corruption durant la campagne électorale, ne fait pas exception à la règle. Des militants du Parti démocratique du Kosovo (PDK) ont ainsi pris le contrôle du conseil d’administration de la Société énergétique du Kosovo (KEK), des Postes et des télécommunications (PTK), des douanes, etc.

Par Arbana Xharra Depuis qu’Hashim Thaçi a pris la direction du gouvernement du Kosovo le 9 janvier 2008, il a multiplié les efforts pour étendre son influence sur les sociétés publiques les plus prospères du Kosovo, ainsi que sur toutes les institutions publiques du pays. Ces efforts ont culminé le 28 juillet dernier avec le licenciement de Naim Huruglica, directeur du service des douanes du Kosovo. Les principaux postes à caractère économique sont tous occupés par des fidèles du gouvernement et du Parti démocratique du Kosovo (PDK). Cette fâcheuse tendance à la politisation de la fonction publique ne date pas d’hier dans le plus jeune (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous