Kosovo : comment j’ai renoncé à mes racines socialistes yougoslaves

| |

Agon Maliqi est né en 1984 au Kosovo dans une famille de dissidents de gauche, sous l’ombre tutélaire des aïeux, héros de la résistance communiste, mais son engagement personnel a vite été confronté à la réalité du Kosovo d’avant et d’après-guerre. Récit d’une transition libérale, personnelle et tortueuse.

Traduit et adapté par Simon Rico (Article original) Épilogue : de Sadik à Sadik L’optimisme de la « fin de l’histoire » a sûrement été démesuré (bien que Francis Fukuyama, à qui l’on attribue la popularisation de cette expression, ait lui-même été mal compris). Au cours de la dernière décennie, les excès du capitalisme ont implosé en Occident et les paradoxes de la mondialisation se sont matérialisés, creusant les inégalités (au sein des pays, mais pas à l’échelle mondiale), ouvrant l’ère actuelle de résurgence de l’autoritarisme, de concurrence entre grandes puissances et d’impact dévastateur sur le climat - autant de phénomènes qui touchent de manière (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous