Jeta në Kosovë

Kosovo : assassinats et appels d’offres, les bonnes affaires du SHIK

| |

Le second procès Bllaca, basé sur le témoignage de l’ancien tueur repenti du SHIK, permettent de mieux comprendre le fonctionnement des services secrets et très spéciaux du PDK, la « milice de l’ombre » de Hashim Thaçi. L’enquête révèle aussi la toile d’araignée reliant responsables politiques, agents secrets et hommes d’affaires véreux, qui s’entendent à mettre le Kosovo en coupe réglée.

Par Artan Mustafa et Parim Olluri Kadri Veseli a annoncé la dissolution officielle des Services d’information du Kosovo (SHIK) le 14 juin 2008, par une une déclaration transmise à la RTK, la radiotélévision du Kosovo. Un an et demi plus tard, l’homme de l’ombre donnait pour la première fois de sa vie une interview à la chaîne Klan Kosova, le 29 décembre 2009, évoquant l’ensemble de ses activités. Il a évoqué son engagement dans le Mouvement Populaire du Kosovo (LPK) dès les années 1980 et son rôle dans les premières actions armées revendiquée par l’Armée de Libération du Kosovo (UÇK), dès 1991-1992. Le 20 juin 2012, cité comme témoin lors du (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous