Danas

Kosovo : après la mort de Djindjic, une nouvelle donne dans les négociations avec Belgrade

| |

Ce n’est qu’après la mort de Djindjic que beaucoup ont compris que les balles fatidiques portaient aussi un coup aux négociations sur l’avenir du Kosovo. Maintenant, les Serbes du Kosovo, les populations déplacées et les héritiers de la politique de Djindjic devront poursuivre cette tâche laborieuse.

Par Ljubisa Popovic Le Premier ministre Zoran Djindjic avait peu de sympathisants parmi les Serbes du « Kosovo et Metohija ». Dans ce qui a été le berceau politique du régime précédent et de son chef Slobodan Milosevic, les idées nouvelles sont difficiles à accepter, tout comme le fait d’admettre que les intérêts des Serbes et de l’État serbe - et surtout la façon de les servir - aient changé. Formulée juste avant sa mort, l’idée de Zoran Djindjic d’entreprendre des discussions avec les Albanais du Kosovo et la communauté internationale sur l’avenir de la province a été reçue au départ avec scepticisme tant au pays qu’à l’étranger. Ici, cela a été (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous