Kosovo : après l’exode, la douloureuse fin du « rêve allemand »

| |

L’hiver dernier, entre novembre et mars, plus de 100 000 Kosovars, souvent les plus pauvres, ont quitté leur pays pour l’Allemagne. Une rumeur folle prétendait que Berlin leur accorderait l’asile. Aujourd’hui, alors que les centres d’accueil sont submergés par les réfugiés syriens, ces Kosovars sont rapatriés en masse. Après avoir vendus leurs maigres biens pour partir, ils se retrouvent à la case départ, complètement démunis. Reportage.

Par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico Un vieux canapé au tissu délavé se coince dans un angle de la pièce, un poêle éteint occupe le pan de mur opposé, et au-dessus, une ampoule faiblarde pend au bout d’un fil électrique. Nexhmedin caresse les cheveux de sa fille assoupie. « On nous a expulsés le 1er octobre, avec ma femme et mes deux enfants », explique cet ouvrier du bâtiment depuis longtemps sans emploi. « Nous vivons chez mon frère qui nous aide pour la nourriture parce que nous n’avons vraiment plus rien. » Les feuilles jaunissent et les jours ne cessent de raccourcir ; l’automne tombe peu à peu sur les montagnes du nord (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous