L’Humanité

Kosovo : A travers la Yougoslavie en guerre

Les journalistes étrangers ont quitté
un Kosovo
fantôme, ravagé par la peur et la terreur. Dès le lendemain des
premières
frappes aériennes de l’OTAN, les unités spéciales de la police serbe
et de
l’Armée yougoslave, ainsi que les groupes paramilitaires, comme la Garde
des
volontaires serbes du commandant Arkan, qui s’était tristement illustr
ée en
Croatie et en Bosnie, ont entrepris de mettre à exécution leur vengeance
contre
les combattants de l’Armée de libération du Kosovo (UCK) et contre les
civils
albanais.

Par Jean Arnault DERENS L’Humanité 29 mars 1999 (Jean Arnault DERENS est également le représentant du Courrier des Balkans au Monténégro) Jeudi, Pristina comme Mitrovica, la grande ville de l’ouest du Kosovo, offraient le spectacle cauchemardesque d’un Kosovo vidé de 90% de sa population : seuls les habitants serbes osaient déambuler dans les rues vides. Dès la première nuit d’attaque, des commerces albanais ont été saccagés, et les bâtiments de la Ligue démocratique du Kosovo, le parti d’Ibrahim Rugova, et du Centre d’information du Kosovo, ont été incendiés. Pristina et tout le Kosovo vivent désormais au rythme des massacres et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous