Koha Ditore

Kosovo : à Prizren, les mariages et la diaspora sauvent l’économie locale

| |

Après la « morte saison », les commerçants de Prizren intensifient leurs préparatifs pour l’été. Avec le retour de la diaspora, commence la saison des mariages. Échanger les alliances signifie se faire mutuellement confiance, mais l’amour n’est pas tout : pour se marier, il faut vider son portefeuille, et souvent souscrire de lourds emprunts. Les mariages de l’été sont l’un des rares stimulants de l’économie déprimée du Kosovo. L’apport financier de la diaspora est décisif.

Par Fisnik Minci Les obligations liées au mariage sont doubles. Il y a les obligations envers les proches, mais aussi celles envers les banques qui accordent un crédit. Les mariages sont actuellement devenus une véritable industrie, qui rapporte de l’argent à un grand nombre de commerces, dont l’activité dépend directement de l’enthousiasme nuptial des jeunes couples et de leurs familles. Pour sa cérémonie de mariage, le jeune V.A. a dépensé toutes ses économies, mais il a aussi demandé un crédit dont le montant atteint quatre chiffres dans une banque de Prizren. « Nos dépenses pour le mariage seront de 15 000 euro », explique-t-il. Cela (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous