Kapital

Kiril Rashkov, le « gypsy king » qui a mis la Bulgarie à feu et à sang

| |

Flambeur, mégalo, corrompu, Kiril Rashkov a tous les traits de caractère d’un parrain local. Ce qu’il est. Ce Tzigane de 69 ans est devenu plus ou moins malgré lui le symbole des violentes émeutes anti-roms qui ont secoué la Bulgarie une semaine durant. Mais qui est cet homme discret qui a profité de la transition incontrôlée vers la démocratie et l’économie de marché pour bâtir sa fortune ? Le reportage de Kapital.

Par Ivan Mihalev Il y a dix ans, en 2001, le business de la famille Rashkov atteignait son apogée, loin des regards de la justice, du fisc et de la police. La fabrique illégale de Katounitsa produisait alors des milliers de litres d’alcool frelaté, whisky, vodka et rakia, et le nom de Rashkov devenait synonyme de « faux ». Lorsque la Bulgarie a fait sa transition vers la démocratie, les institutions ont eu d’autres soucis que de s’intéresser à Kiril Rashkov. Dans les médias, on n’en parlait que pour s’amuser ; on a commencé à l’appeler « Tsar Kiro », titre qu’il s’est lui-même attribué et qu’il impose sur la place publique. Les journaux - et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous